Quiconque est incapable de vivre dans la société des hommes ou n’en éprouve nullement le besoin est une bête ou un dieu.

Brachiosaure Horizon Original Jurassic Park – 1/2 l’assemblage
4 mai, 2007, 15:16
Classé dans : Maquette et kits résine

sanstitre1.jpg

 

1ère partie : l’assemblage

Il s’agit de la reproduction à l’échelle 1:30 d’un des plus grands animaux terrestres ayant existé (il arrive 3ème derrière l’argentinosaure et le turiasaure découvert récemment en Espagne, qui font aussi partie des sauropodes). Le brachiosaure était un herbivore géant, que l’on peut admirer en mouvement dans les Jurassic Park de Steven Spielberg et dont le squelette est exposé au musée de Berlin. Pour une fiche complète de l’animal vous pouvez consulter l’article de wikipédia à son sujet. Sachez toutefois qu’il peut atteindre les 50 tonnes et 25 mètres de haut et qu’il est de quelques 150 millions d’années votre aîné.

Le fabricant de la maquette, Horizon Original, est connu pour ses pièces de haute qualité avec un niveau de détails élevé et ici leur réputation prend tout son sens tellement la peau du brachiosaure est détaillée et réussie, le résultat imposant. Dans la même série existent le dilophausaure (ou dinosaure cracheur) ainsi que le vélociraptor et le tyrannosaure, à chaque fois ce sont les répliques exactes des dinosaures que l’on peut voir dans la série des Jurassic Park. Malheureusement la société n’existe plus et leurs productions sont condamnées à devenir de plus en plus rares

Boite horizon1993souspatte.jpg boite 2

La maquette est composée de 12 pièces en plastique (polyvinyl). Certaines sont énormes comme le buste, d’autres sont petites comme le palais+dents ou la mâchoire inférieure. La matière plastique utilisée devient souple quand elle est chauffée ce qui permet de la travailler plus facilement et ainsi de réajuster les différentes parties entre elles (les conditions de stockage et l’âge de la maquette ont déformé certaines pièces qui ne s’assemblaient plus).

pièces détachées

les 12 parties du brachiosaure

1ère étape donc, faire chauffer le plastique pour enlever facilement les parties non nécessaires résiduelles au moulage à l’aide d’un cutter. Les extrémités doivent être nettes et il ne faut pas trop rogner sur les rebords intérieurs sinon le collage sera difficile.

Toujours avec le plastique chauffé, il a fallu “reformer“ les pièces pour les faire correspondre. On juxtapose les parties concernées et lorsque les pièces s’emboîtent parfaitement un bon coup d’eau froide permet de les maintenir figées dans la bonne forme.

Le plus dur a été d’assembler les 2 plus grosses parties du brachiosaure : son énorme tronc/torse et son arrière train. Les parties sont en contact sur une large circonférence de la bête et le découpage des 2 pièces est assez complexe (il suit au mieux les plis de la peau). Après les avoir chauffées puis déformées il restait des écarts importants à l’assemblage. Pas de problème pour autant, la résine époxy se chargera de les combler plus tard.

1er collage

 

Pour coller les différentes parties entre elles j’utilise une colle spéciale plastique, à base de cyanoacrylate. Coller deux pièces encore chaudes avec cette colle raccourci le temps de prise. L’avantage c’est qu’il n’y a pas besoin d’exercer une pression pendant des heures mais d’un autre côté il faut être rapide pour bien ajuster les parties entre elles.

/!\ Si vous vous aventurez sur cette maquette je vous conseille (de ne pas faire comme moi) et coller d’abord le corps (tronc + arrière-train) ensuite les pattes puis la queue (début + fin) et en dernier le cou (en 2 partie également). Le coup du brachiosaure a longtemps posé problème aux paléontologues à cause de sa taille et de son poids. Et bien les contraintes physiques se reproduisent ici à l’échelle du maquettiste. Le coup et la tête doivent donc être assemblés le plus tard possible car l’ensemble est tellement imposant que la maquette devient difficile à manipuler dès qu’il est en place.

La bouche du dinosaure, elle, est constituée d’une mâchoire inférieure et d’un palais. Une fois fermée elle ne laisse plus passer de pinceau, j’ai donc peint la cavité buccale avant d’assembler la bouche.

peintbouche.jpg

sous-couche / lavis / brossage à sec

Lorsque vous avez collé toutes les parties entres elles il est temps de parfaire les jonctions avec de la résine époxy. Il en existe de plusieurs qualités mais c’est un matériau rapidement onéreux. Cette une résine est constituée de 2 composants qui, une fois mélangés entre eux, durcissent et deviennent durs comme de la pierre en quelques heures. Elle résine peut être sculptée tout au long de son durcissement et poncée au bout de quelques heures. Une fois posée il faut mouiller la pâte pour la travailler facilement.

miliput

Le truc c’est de travailler la résine en fin boudins que l’on pose le long des points de contact et ensuite lissée avec le doigt humide. On éponge l’excédent d’eau avec un tissu et on peut immédiatement après sculpter ou graver les rides de la peau du dinosaure. Ici, on peut facilement transformer la forme bombée du boudin de pâte en bourlet ou le creuser en ride avec des outils de modelage.

pict0003.jpg pict0004.jpg pict0005.jpg

pict0030.jpg pict0032.jpg

/!\ Pas question de se lécher les doigts après cela car la résine est toxique. Il vaut mieux utiliser des gants ou se laver les mains le plus tôt possible. Pareil lorsque vous la poncez, faîtes le dans un endroit aéré et évitez de vous mettre les yeux plein de poussière toxique avec des lunettes de protection. Nettoyez aussi vos outils avec précaution.

pict0002.jpg

Une fois la résine sèche la maquette est prête à être sous-couchée

Passons maintenant à la peinture !


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Videooo |
Les Carnets de Diogene |
kungfu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | UNICOM 122.800
| brendalablog
| tranches de vie