Quiconque est incapable de vivre dans la société des hommes ou n’en éprouve nullement le besoin est une bête ou un dieu.

L’Age des reptiles – Ricardo Delgado
6 août, 2008, 11:53
Classé dans : Lecture

agedesreptilescouverture4.jpg

 

L’Âge des Reptiles

Dessins de Ricardo Delgado

Couleurs par James Sinclair

Éditions Semic Books – imprimé en avril 2008

262 pages – ISBN : 978-2-35100-408-1

Prix public : 19,90 euros

Titre original : Tribal Warfare suivi de The Hunt.

 

Nous voilà propulsés dans le fabuleux (et dangereux) monde des dinosaures. Vous aimez ça les dinos ? La préhistoire ? Les bains de sangs et les dents acérées ? Vous allez adorer cette bande dessinée, sans bulle et sans alcool mais brute… de décoffrage.

Vous ne connaissiez pas Ricardo Delgado, moi non plus. Pourtant, dans l’ombre, il a bossé pour un nombre certain de grosse production. Petit récapitulatif de la chose : storyboarder pour la Momie, Evan Almighty, les 3 Matrix… Illustrateur pour Robotech, Jurassic Park III, Men in Black, concept artist sur The Clone Wars, Tomb Raider, assistant directeur pour Avatar… respect !

Secret tassé

Ce cher Ricardo nous propose ici une BD sans bulle, loin des classiques Disney où tout le monde il y parle même les phacochères. Mais une BD sans bulle n’est pas une BD sans dialogues. Ici la gestuelle des bras griffus, la rondeur des paupières et des naseaux, la tension des queues écailleuses sont autant d’indices pour comprendre ce qui trotte dans la tête d’oiseau de ces sacrés dinos. Un défi relevé avec classe.

Pas d’onomatopées, juste à quelques endroits un petit nuage sombre ou sanguin au dessus d’une bestiole trahit son sentiment. La narration tient presque du « jeu des 7 erreurs ». D’une case à l’autre, on étudie avec soins les détails qui changent tout. Par exemple cette touffe d’herbe que broute un parasaurolophus, qui soudain plie dans le sens opposé, balayée par un vent tournant. Les narines et l’œil rond du dinosaure… on sait qu’il vient de flairer un prédateur. 3 cases de furie plus tard gît un amas osseux et ensanglanté.

L’histoire joue aussi d’anthropomorphisme, on parle dans ces deux histoires, de vengeance. Dans Tribal Warfare et The Hunt, un dinosaure en poursuit d’autres, irrité d’avoir vu sa descendance dévorée. C’est l’occasion de traverser des territoires variés… dans les airs, sur terre et dans l’eau, la vie et la mort sont partout. La mort surtout : aux bouts de dents et de griffes acérées.

agedesreptilescouverture1.jpg agedesreptilescouverture2.gif agedesreptilescouverture3.jpg

Reptiles lustrés

Les dinosaures dessinés dans cette BD sont de toute beauté. Dans le détail de leur peau écailleuse, leurs postures incroyables et jamais vues… il faut voir les deinonychus (le « vrai » vélociraptor de Jurassic Park) bondir toutes griffes dehors pour s’imaginer la terreur qu’ils pouvaient engendrer.

delgadoreptiledinosaur2.jpg  delgadoreptiledinosaur3.jpg

Ricardo Delgado nous offre ici des cases exceptionnelles. Certaines double-pages nous retournent les yeux, un amateur de dinosaure se perd alors dans leur contemplation.

Les couleurs des dinosaures ont aussi un rendu exceptionnel. Merci à James Sinclair pour son travail. Des couleurs osées (certains dinosaures ressemblent à des miroirs de bordel), et d’autres présentent même une similitude étonnante avec notre caméléon contemporain.

Pour finir, les paysages ne sont pas en reste avec ce désert, ces canyons, cette forêt luxuriante avec ses cascades, ou encore ce ciel magnifique où le molleton des nuages orangés accueille le combat, tout en plein et en délié, des ptérodactyles ivres d’agilité.

delgadoreptiledinosaur1.jpg  delgadoreptiledinosaur.jpg

Ces récits dessinés s’articulent autour de 32 « personnages » représentant presque autant d’espèces préhistoriques (brachiosaure, plésiosaure, ankylosaure, diplodocus…) dans des étendues somptueuses comme l’on peut en attendre d’une grande invitation au voyage. Tribal Warfare et le combat de ptérodactyles de The Hunt, valent à elles seules l’achat du livre.

J’espère que cet article saura vous donner l’envie de découvrir ce magnifique L’Age des Reptiles, qui contient en toute fin d’ouvrage une trop courte galerie d’illustrations sobrement intitulée « croquis et recherches ».

À noter qu’aux Etats-Unis la nouvelle The Hunt est parue en 5 tomes, chacun ayant une couverture magnifique, qu’il serait dommage de ne pas admirer !

agedesreptilescouverture5.jpg


3 commentaires
Laisser un commentaire

  1. mabataille

    Quand je pense que personne a relevé mes 2 super titres hyper travaillés… ça fait bien un an que je l’ai écrit cet article !

  2. pitouwh

    Ah la, la, la, ces génies qui ne sont pas reconnus de leur vivant… ;-)

    Ceci dit, c’est vrai qu’ils étaient pas mal ces titres. Bon, bah puisque personne ne les a remarqué, tu pourras les réutiliser dans un autre article !

    Dernière publication sur The Geek Show : Critique ciné : Blade Runner 2049

  3. XL

    bonjour
    très bel article et très bonne analyse de cette BD
    je partage le même enthousiasme : je l’ai lu en bibliothèque, mais je crois que je vais le chercher : tu disais les tomes américains ? je crois qu’on peut la relire sans se lasser
    tu as vu comme les femelles sont en « pastel » quand les mâles ont des couleurs plus vives ! et les petits gestes pour « dire » allez viens, laisse tomber !



Laisser un commentaire

Videooo |
Les Carnets de Diogene |
kungfu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | UNICOM 122.800
| brendalablog
| tranches de vie