Quiconque est incapable de vivre dans la société des hommes ou n’en éprouve nullement le besoin est une bête ou un dieu.

Résultat du sondage : Quel dinosaure avait le plus de plumes sur le corps ?
25 mai, 2011, 22:39
Classé dans : Fossiles et Museums

Alors, selon vous, quel dinosaure avait le plus de plumes sur le corps ? Vous avez été 100 à répondre avant la clôture du sondage, ça va faciliter les pourcentages n’est ce pas !

Et le vainqueur est : Archéoptéryx avec 63 réponses

Archéoptéryx

Si vous souhaitez en admirer un fossile complet, vous pouvez aller au Musée d’histoire naturelle de Berlin ou encore à Bruxelles au Muséum (mais là je crois qu’il s’agit d’une copie). Pour appréhender l’histoire de ce « proto-oiseau », Wikipédia me semble être l’endroit le plus adapté.

Quant aux autres concurrents, ils ont démérité, il faut bien le dire :

2. Tyrannosaure : 13 votes ;
3.
Oviraptor : 11 votes ;
4.
Régine : 10 votes ;
5.
Deynonichus : 3 votes.

Pour ma part, et pour rester dans le sujet, je me suis permis de retranscrire un podcast vidéo proposé par le CNRS : « Evolution, des clés pour comprendre » spécial plume. Le voici dans son intégralité, bonne lecture :

La plume caractérise à l’heure actuelle un seul groupe naturel : les oiseaux. Tous les oiseaux ont des plumes et seuls les oiseaux ont des plumes.

La plume est une structure fabriquée à partir d’un matériel biologique particulier : la kératine, produite par une interaction entre l’épiderme et le derme de la peau. Si on regarde les oiseaux, il y a une grande diversité de plumes. Certaines ont même quasiment l’apparence de poils, des plumes dont la structure est alors assez simple. Une autre, à partir d’une petite base dure montre toute une série de filaments qui semblent s’effilocher dans toutes les directions : c’est le duvet, qui sert à la thermorégulation.

D’autres encore sont composées de filaments qu’on appelle des barbes qui s’organisent dans un seul plan et des plumes beaucoup plus différenciées avec  une base creuse, qu’on appelle le calamus. Ce type de plume était utilisé autrefois pour écrire.

Les plumes asymétriques qu’on appelle les pennes, comportent une surface plane, serrée, et seules ces plumes rendent le vol possible. Sur l’aile des oiseaux, elles vont avoir une fonction aérodynamique. Celles de la queue vont servir pour l’équilibrage du vol.

Ces diverses structures de plumes ont donc des rôles biologiques différents mais ne sont que des variations du même organe.

Les plumes sont colorées, chez la plupart des oiseaux. Beaucoup de ces colorations sont cryptiques, ou disruptives, c’est-à-dire qu’elles vont dissimuler la forme ou le contour du corps qu’on aura du mal à discerner. Chez les hérons butors par exemple, elles servent au camouflage, à la dissimulation dans les roseaux.

Mais la plume peut aussi servir à se montrer. Les plumes sont très voyantes. D’abord cela sert à la reconnaissance intra-spécifique, pour des partenaires de la même espèce. Cela peut être important pour des oiseaux qui vivent en bande. Il y a aussi la reconnaissance entre partenaires sexuels dans une même espèce : on voit des différences de coloration entre les mâles et les femelles. Il y a des plumages qui vont avoir une fonction encore plus spécialisée, faisant la publicité de celui  qui les porte, chez le paon par exemple. Ses plumes peuvent devenir tellement voyantes, tellement encombrantes, qu’elles peuvent empêcher la survie de l’individu lui-même sauf si ses plumes ont pu le rendre plus aptes à se  reproduire, plutôt qu’un autre individu de la même espèce. C’est le principe de la sélection sexuelle.

Pour le vol, il y a une multitude d’adaptations particulières. Ce n’est plus la plume elle-même qu’il faut considérer mais l’ensemble de la voilure. Un oiseau qui vit dans un espace très encombré aura des conditions très différentes d’un oiseau marin. Une disposition particulière des  plumes chez les rapaces nocturnes leur permet de battre activement des ailes notamment au moment où ils vont atterrir sur une proie, les serres en avant, sans faire de bruit.

L’un des plus anciens ancêtres connus  des oiseaux actuels est l’archéoptéryx qui vivait il y a environ 150 millions d’années, il avait la taille d’un pigeon actuel. Grâce à la paléontologie et à la systématique les chercheurs ont montré que les oiseaux dérivent d’un petit groupe de dinosaures carnivores bipèdes : les raptors, qui étaient incapables de voler, et qui possédaient déjà des protoplumes qui leur servaient sûrement à la thermorégulation. Dans leur première fonction, les plumes ne servaient donc pas au vol.

Il existe aujourd’hui des oiseaux dont on considère qu’ils sont retournés secondairement à un mode de vie terrestre par disparition de la fonction du vol. C’est typique chez les ratites : les nandous, les autruches, les émeus ou d’autres comme les kiwis, les casoars par exemple.

Il y a même des oiseaux qui pratiquent un véritable « vol sous-marin » : les manchots. Ce que nous voyons autour de nous est le résultat d’un gigantesque bricolage. Les espèces évoluent en permanence et s’adaptent ou non, dans certains cas, elles disparaissent. La plume est l’exemple type, et ce n’est pas le seul,  d’un organe dont la fonction initiale, ici la thermorégulation, a été exaptée, c’est-à-dire détournée, réorientée vers de nouvelles fonctions par la sélection naturelle.

Auteurs : Hervé COLOMBANI, Véronique KLEINER ; Conseiller scientifique : Armand de RICQLES.

 

Bon vent et à bientôt pour un nouveau sondage !

 



Bruxelles : quelques panoramiques du Museum
12 mars, 2010, 22:59
Classé dans : Fossiles et Museums

J’avais complètement oublié de partager mes panoramiques réalisés dans le Musée d’Histoire Naturelles de Bruxelles. Erreur réparée aujourd’hui avec ces quelques vues de vieux sauriens. N’hésitez pas à cliquer sur les images.

 panobruxelles1.jpg

La cage aux iguanodons de Bernissart

panobruxelles2.jpg

À l’opposé, le tricératops, 2 hadrosaures et le derrière du T-Rex

panobruxelles3.jpg

Celui-là est plus qu’impressionnant !

panobruxelles4.jpg

2 favoris : stégosaure et diplodocus (un joli crâne d’allosaure se cache dans l’image)

 



Diorama Sideshow : Vélociraptor VS Protocératops
12 mars, 2010, 22:40
Classé dans : Fossiles et Museums,Maquette et kits résine

Il y a quelques années on aurait crié au scandale, aujourd’hui il est admit que le vélociraptor, ancêtre des oiseaux, était bien dôté d’une belle parure plumée.

200077press02001.jpg
Pour sa collection Dinosauria, Sideshow prend en compte les dernières recherches menées sur le terrain de la paléontologie. En voici un bel exemple.

detailao.jpg

200077press09001.jpg
Le vélociraptor est en bien mauvaise posture, un peu plus que dans le véritable fossile illustré ici. Car oui, ce diorama ou scènette est bien inspiré d’un véritable fossile où un protocératops lutte, bec fermé sur le bras adverse, contre un vélociraptor. Saisissant non ?!

7273.jpg

 

Diorama Sideshow : Vélociraptor VS Protocératops dans Fossiles et Museums Fightingdinosamnh2



Un four pour le spinosaure de Drouot
2 décembre, 2009, 19:26
Classé dans : Fossiles et Museums

Sans trop de surprise, le squelette fossile du Spinosaure mis en vente à l’hôtel particulier Drouot n’a pas trouvé preneur après l’exposition de ce week-end et la vente aux enchères des jours suivants.

A 250.000 euros, mise de départ, difficile de sortir le chéquier, surtout que:

  1. le squelette n’est (in)complet qu’à 50%
  2. le squelette est composé d’os de différents spinosaures issus de plusieurs fouilles.

drouotspino.jpg

Dur dur… les dinosaures ont toujours la cote, mais bon, c’est la crise. Ce n’est pas le squelette de mammouth laineux qui nous dira le contraire, complet à 90%, il n’a pas trouvé preneur non plus…



Une stéréoscopie de Bruxelles 4
29 novembre, 2009, 16:44
Classé dans : Fossiles et Museums

Pour finir dans la série des stéréoscopies, voici, dans leurs grandes cages de verre équipées toutes options, les iguanodon bernissartensis. Vous trouverez beaucoup de littérature sur ces iguanodons sur internet.

bruxellesfossilesiguanodon1.gif

En bas à droite on distingue le niveau inférieur où reposent d’autres véritables fossiles d’iguanodons « tels qu’ils gisaient ».

Côté pile :

bruxellesfossilesiguanodon4.gif

Une photo des iguanodons avec au fond, de gauche à droite : un diplodocus (!), un stégosaure (!), et enfin un maiasaure. Derrière l’iguanodon vous en apercevez un autre, le 9ème, qui est le seul exposé en position de vie horizontale, qui fait aujourd’hui consensus.

iguanodonbruxelles.jpg

Pour avoir un récit détaillé sur la découverte des fossiles, leur extraction, la reconsttitution des squelettes et leur étude, je vous conseille fortement le dossier sur les iguanodons de Bernissart par Pascal Godefroit et Thierry Leduc ainsi que le livre vendu à la boutique de l’Institut royal des sciences naturelles de Belgique dont voici la couverture :

bernissartetlesiguanodon.jpg

Oui il date un peu, mais il est très fortement illustré, beaucoup d’informations et l’historique documenté des fossiles.


12

Videooo |
Les Carnets de Diogene |
kungfu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | UNICOM 122.800
| brendalablog
| tranches de vie