Quiconque est incapable de vivre dans la société des hommes ou n’en éprouve nullement le besoin est une bête ou un dieu.

Télérama Hors Série
14 avril, 2010, 15:21
Classé dans : Lecture

Spécial dinosaure bien sûr !

 

dino.jpg

 

Sans rigoler, je vous le conseille : les textes sont sympas et font référence à pas mal de médias différents (ciné et BD entre autres) avec un bon historique de l’engouement que suscitent les dinosaures. On retrouve aussi « l’esprit Télérama » dans les sujets abordés.

file717.jpg

La moitié des illustrations sont bonnes à jeter par contre, dommage, heureusement l’autre moitié est intéressante : notamment ce dinosaure trouvé en Chine avec un plumage coloré certifié conforme (norme ISO-poil-de-dino-2010).

file542.jpg

Bonne lecture !



Dinosaures : du chantier des fouilles au Muséum
3 octobre, 2009, 12:16
Classé dans : Lecture

Un peu de lecture pour changer, mais sur les dinosaures pour rester dans le sujet !

J’aimerais vous conseiller le livre ci-dessous en illustration, le bien nommé « Dinosaures« . Pourquoi vous conseiller ce livre plutôt qu’un autre ? Voici mon avis sur la question :

 

Tout d’abord, ne vous fiez pas à l’illustration de la couverture, un peu désuette même si en image de synthèse… le T-Rex, on le sait, fait vendre. Non cet ouvrage est récent : il est paru en début d’année [2009.]  C’est l’une de ses premières qualités d’être « à la page ».

Ensuite, le sommaire est très complet et nous fait remonter le trajet des fossiles de la fouille jusqu’au musée, comme le sous-titre du livre l’indique, mais il va aussi plus loin puisqu’à côté des très nombreuses illustrations (contemporaines, anciennes -gravures du 19ème siècle) on trouve les dernières réflexions scientifiques que ces découvertes accompagnent. Le livre comporte ainsi plusieurs arbres « généalogiques » ou «  »phylogénétique » des plus instructifs. Une ligne du temps représente aussi à l’intérieur de la couverture l’évolution des formes de vie depuis son apparition jusqu’à celle de l’homo sapiens.

Enfin, la mise en page du livre est magnifique, très moderne, très graphique, et rend le propos clair.

 

Dinosaure illustration

 

Par Pierre Bultynck,Mietje Germonpré

Paru le 22/01/2009 aux éditions de la Renaissance du Livre

ISBN : 978-2-507-00494-1

 

Avec Jurassic Park, Dinosaur ou Walking with Dinosaurs, ces créatures disparues depuis des millions d’années nous sont devenues familières. Nous croyons tout savoir de leur apparence et leur mode de vie. Mais nous oublions de distinguer fiction et réalité. Les couleurs, les formes et les sons des films ne sont qu’hypothèses. Au fond, tout ce qui nous reste des dinos, c’est un tas d’os ! Des fossiles que les paléontologues passent leur vie à chercher et à étudier. La paléontologie est précisément l’une des spécialités du Muséum des Sciences naturelles.
Ses collections abritent des fossiles de dinosaures uniques au monde. Mais qui sait que nos paléontologues poursuivent depuis des années des fouilles en Mongolie intérieure, en Russie ou en Transylvanie ? Et qu’ils y ont mis au jour des spécimens de très grande valeur ? Et même si la nouvelle de ces découvertes arrive jusqu’à nous, mesurons-nous réellement leur impact sur l’état des connaissances ? Ceux qui en 1841 furent baptisés « terribles lézards » (du grec, deinos : terrible et sauros : lézard) étaient-ils vraiment aussi monstrueux qu’on se l’imaginait alors ? Même T.rex, le roi des dinosaures, n’était sans doute qu’un charognard qui souffrait de la goutte.
Pas si terribles donc, ces lézards. Et puis peut-être même pas lézards du tout, puisqu’ils ne sont plus classés aujourd’hui comme reptiles. Quant à l’énigme de leur disparition, comment l’expliquer ? Et surtout, sommes-nous bien sûrs que les dinosaures aient vraiment tous disparu ?

Bonne lecture !



Comics SERENITY chez Dark Horse
13 septembre, 2008, 13:17
Classé dans : Lecture

Vous connaissez bien sûr Serenity (le film) et sa série Firefly (si non, foncez vous renseigner crébendiou !).

Je vous présente la réédition des comics tirés de cette franchise.

serenitycomicsdarkhorse.jpg

 

L’histoire est bonne : ça raconte une mission foireuse de l’équipage de la luciole spatiale, on retrouve tous les héros de la série et notamment les superbes créatures féminines … ce qui est un excellent point.

fireflyserenitywomen.jpg

 

Il y a très peu de pages et les éditions Dark Horse sont toujours autant blindées de réclames, mais pour un prix très raisonnable c’est quand même un investissement réussi. En plus, quand tu colles les 3 couvertures les unes aux autres, tu obtiens ta cène Firefly, et ça c’est de toute beauté !

Les précédentes couvertures étaient pas mal non plus ceci dit.

serenitycomiccouvertures.jpg

 

 



L’Age des reptiles – Ricardo Delgado
6 août, 2008, 11:53
Classé dans : Lecture

agedesreptilescouverture4.jpg

 

L’Âge des Reptiles

Dessins de Ricardo Delgado

Couleurs par James Sinclair

Éditions Semic Books – imprimé en avril 2008

262 pages – ISBN : 978-2-35100-408-1

Prix public : 19,90 euros

Titre original : Tribal Warfare suivi de The Hunt.

 

Nous voilà propulsés dans le fabuleux (et dangereux) monde des dinosaures. Vous aimez ça les dinos ? La préhistoire ? Les bains de sangs et les dents acérées ? Vous allez adorer cette bande dessinée, sans bulle et sans alcool mais brute… de décoffrage.

Vous ne connaissiez pas Ricardo Delgado, moi non plus. Pourtant, dans l’ombre, il a bossé pour un nombre certain de grosse production. Petit récapitulatif de la chose : storyboarder pour la Momie, Evan Almighty, les 3 Matrix… Illustrateur pour Robotech, Jurassic Park III, Men in Black, concept artist sur The Clone Wars, Tomb Raider, assistant directeur pour Avatar… respect !

Secret tassé

Ce cher Ricardo nous propose ici une BD sans bulle, loin des classiques Disney où tout le monde il y parle même les phacochères. Mais une BD sans bulle n’est pas une BD sans dialogues. Ici la gestuelle des bras griffus, la rondeur des paupières et des naseaux, la tension des queues écailleuses sont autant d’indices pour comprendre ce qui trotte dans la tête d’oiseau de ces sacrés dinos. Un défi relevé avec classe.

Pas d’onomatopées, juste à quelques endroits un petit nuage sombre ou sanguin au dessus d’une bestiole trahit son sentiment. La narration tient presque du « jeu des 7 erreurs ». D’une case à l’autre, on étudie avec soins les détails qui changent tout. Par exemple cette touffe d’herbe que broute un parasaurolophus, qui soudain plie dans le sens opposé, balayée par un vent tournant. Les narines et l’œil rond du dinosaure… on sait qu’il vient de flairer un prédateur. 3 cases de furie plus tard gît un amas osseux et ensanglanté.

L’histoire joue aussi d’anthropomorphisme, on parle dans ces deux histoires, de vengeance. Dans Tribal Warfare et The Hunt, un dinosaure en poursuit d’autres, irrité d’avoir vu sa descendance dévorée. C’est l’occasion de traverser des territoires variés… dans les airs, sur terre et dans l’eau, la vie et la mort sont partout. La mort surtout : aux bouts de dents et de griffes acérées.

agedesreptilescouverture1.jpg agedesreptilescouverture2.gif agedesreptilescouverture3.jpg

Reptiles lustrés

Les dinosaures dessinés dans cette BD sont de toute beauté. Dans le détail de leur peau écailleuse, leurs postures incroyables et jamais vues… il faut voir les deinonychus (le « vrai » vélociraptor de Jurassic Park) bondir toutes griffes dehors pour s’imaginer la terreur qu’ils pouvaient engendrer.

delgadoreptiledinosaur2.jpg  delgadoreptiledinosaur3.jpg

Ricardo Delgado nous offre ici des cases exceptionnelles. Certaines double-pages nous retournent les yeux, un amateur de dinosaure se perd alors dans leur contemplation.

Les couleurs des dinosaures ont aussi un rendu exceptionnel. Merci à James Sinclair pour son travail. Des couleurs osées (certains dinosaures ressemblent à des miroirs de bordel), et d’autres présentent même une similitude étonnante avec notre caméléon contemporain.

Pour finir, les paysages ne sont pas en reste avec ce désert, ces canyons, cette forêt luxuriante avec ses cascades, ou encore ce ciel magnifique où le molleton des nuages orangés accueille le combat, tout en plein et en délié, des ptérodactyles ivres d’agilité.

delgadoreptiledinosaur1.jpg  delgadoreptiledinosaur.jpg

Ces récits dessinés s’articulent autour de 32 « personnages » représentant presque autant d’espèces préhistoriques (brachiosaure, plésiosaure, ankylosaure, diplodocus…) dans des étendues somptueuses comme l’on peut en attendre d’une grande invitation au voyage. Tribal Warfare et le combat de ptérodactyles de The Hunt, valent à elles seules l’achat du livre.

J’espère que cet article saura vous donner l’envie de découvrir ce magnifique L’Age des Reptiles, qui contient en toute fin d’ouvrage une trop courte galerie d’illustrations sobrement intitulée « croquis et recherches ».

À noter qu’aux Etats-Unis la nouvelle The Hunt est parue en 5 tomes, chacun ayant une couverture magnifique, qu’il serait dommage de ne pas admirer !

agedesreptilescouverture5.jpg



Le Monde Inverti de Christopher Priest
1 août, 2008, 10:41
Classé dans : Lecture

Le Monde Inverti de Christopher Priest

le monde inverti

Editions Gallimard, collection Folio SF – Imprimé en 2007 – 388 pages – ISBN 978-2-07-042149-7 – Edition originale : The Inverted World, paru en 1974 chez Simon & Schuster Inc

Considéré comme l’un des écrivains les plus originaux de la littérature contemporaine, Christopher Priest a reçu le prix de la British Science Fiction Association pour Les extrêmes et le World Fantasy Award pour Le Prestige, tous deux parus dans la collection « Lunes d’encre » aux éditions Denoël.

Helward Mann est l’un des habitants de la cité Terre, une mégalopole progressant sur le sol inconnu d’une planète effrayante. Il ne sait rien de l’extérieur et doit maintenant jurer qu’il ne révélera jamais ce qu’il y découvrira. Mais le long des rails qui mènent à l’optimum, Helward découvrira un monde dominé par le chaos et la barbarie, des paysages déformés, éclairés par l’hyperbole du soleil.

Tout est dit ou presque dans ce quatrième de couverture. Chaque mot résume quantité de découvertes étonnantes dans cet ouvrage de science fiction passionnant. Une fois lancé dans l’aventure au côté du jeune Helward Mann, apprenti de la guilde des Futurs, vous ne pourrez plus vous détacher de cette fuite en avant invraisemblable. Guidée par les rails sans cesse déplacés, la ville avance mordicus, envers et contre tout : les autochtones (les Tooks) qui ont de bonnes raison de vouloir la destruction de la ville Terre, les obstacles naturels, surnaturels, et même un mouvement schismatique au sein de la cité mobile.

Mais les Navigateurs entendent bien ne pas éloigner la Terre de l’optimum, cela fait deux cent ans, pardon, onze mille kilomètres que cela dur et, quoi qu’il en coûte, il ne faudra jamais s’en éloigner, sinon ce sera la fin pour tous.

C’est le récit d’une vie, celle d’Helward Mann, tout juste sorti de la crèche de la ville Terre, que vous suivrez. Avec lui vous apprendrez à connaître ce monde étrange ou chaque kilomètre compte : ceux du passé parcourus par les anciens, ceux du futur topographiés consciencieusement, et ceux qui séparent la ville de l’optimum.


1234

Videooo |
Les Carnets de Diogene |
kungfu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | UNICOM 122.800
| brendalablog
| tranches de vie