Quiconque est incapable de vivre dans la société des hommes ou n’en éprouve nullement le besoin est une bête ou un dieu.

Zink et Polaroid pour le meilleur de l’impression mobile
10 février, 2008, 13:03
Classé dans : Divers

Polaroid ne produit plus de polaroids.

Le roi est mort, vive le roi : Polaroid renait de ses cendres en s’alliant avec Zink Imaging pour sortir « courant 2008″ une imprimante qui tient dans la poche.

zink printer

 

L’imprimante est complètement nomade puisque qu’elle possède une batterie amovible qui lui permettra de faire 25 photos avant rechargement. Le « Polaroid Digital Mobile Photo Printer » imprime une photo au format carte de visite (5×7,6cm) en couleur en 1 minute depuis son port USB compatible Picture Bridge ou sans fil grâce au Bluetooth. Le plus fort c’est qu’il n’y a plus une goutte d’encre là-dedans, pas de rouleau propres aux appareils à sublimation thermique non plus : tout est dans le papier (auto-collant) !

Tant qu’à faire autant intégrer directement la technologie dans un appareil photo … c’est aussi prévu !



Tricératops Horizon Original par Chris Darga
27 janvier, 2008, 13:22
Classé dans : Maquette et kits résine

Tricératops Horizon Original – Chris Darga

 

logohorizontricratops.jpg

 

Avec sa collection Jurassic Park, Horizon pensait sûrement avoir créé la quintessence du dinosaure en modèle réduit.Les sculptures de Chris Darga leur ont sûrement donné des remords et ils n’ont pas eu d’autre choix que de produire une nouvelle série, encore plus appréciable que la précédente.

 

 

Les maquettes provenant de la collection Horizon Original Jurassic Park, sorties tout droit des modèles utilisés pour la réalisation des films, ressemblent plus à un outil de travail : une maquette pour aider les infographistes à modeler leur dinosaure en 3D, sage, très détaillée et symétrique : ce sont des maquettes prêtes pour être scannées au laser en vue d’une modélisation informatique.

 

 

 

Non, je ne renie pas ce cher Stan Winston, qui comptabilise plus de réussites, et incidemment d’oscars, que « n’importe quel » prestigieux réalisateur, mais les dinosaures de Chris Darga en plus d’être incroyablement détaillés, sont saisis dans le feu de l’action, et ça, ça apporte un réalisme époustouflant à ces chères bestioles disparues, qui hantent aujourd’hui notre imaginaire.

Cet article vous montrera comment j’ai réalisé ma maquette du Tricératops de la collection Horizon Original – Dinosaurs by Chris Darga.

Préparation

Pour commencer il faut déballer les pièces des sachets plastiques contenus dans la boîte. Une belle grosse boîte bleue soit dit en passant.

boiboite.jpg

La maquette est composée de 19 pièces. Les plus petites étant les cornes qui iront sur les mâchoires du dinosaure, la plus grosse étant son buste, énorme, suivi de près par son arrière train.

vuedensemble.jpg profiltete.jpg

Cela fait peu de pièces, peu de collage donc, mais ne vous y trompez pas, les pièces sont grandes et les coller vous donnera du fil à retordre. Mais vous n’en espériez pas moins.

 

/!\ Certaines pièces, comme les cornes ou les pieds, peuvent être confondues (coté droit ou gauche). Un petit R pour right ou L pour left est gravé dans le vinyle directement sous chaque pièce. Avant de séparer la pièce de son support je reporte cette information au stylo dessus.

 

Je commence par nettoyer chaque pièce de l’excédant de plastique résiduaire au moulage. Je chauffe un peu la pièce avec un chauffage d’appoint, ce qui la ramollit, et coupe avec un bon cutter le plastique. Chauffé, celui-ci se coupe très facilement.

 

Une fois nettoyées, je peux assembler les différentes parties entre elles. L’idéal serait de commencer par les plus grosses parties (avant et arrière-train) mais celles-ci sont tellement déformées, et je suis tellement impatient, que je finis par tout coller sauf celles-là. Coller l’avant et l’arrière train ensemble me demandera beaucoup de patience, de cycles de chauffage-formage-refroidissement et surtout l’aide d’une tierce personne (un geek fera l’affaire, un grand merci à lui).

 

Je colle tout ça à la super glue, qui est bien plus pratique à utiliser qu’une colle plastique : elle sèche plus vite et une petite quantité suffit. Pour boucher les trous qui restent, et qui sont importants, j’utilise une résine époxy bicomposée (type Milliput) que je sculpte après à l’aide d’outil basiques : couteau, mine de crayon etc.

triceratopshorizongauche.jpg coutricratopsgris.jpg triceratopshorizondroit.jpg

/!\ La résine époxy est toxique : bien se laver les mains ainsi que ses outils après utilisation. Si vous la poncez, surtout mettez un masque sous peine de vous ruiner définitivement la santé.

 

Une fois entièrement montée, la maquette impressionne : 72 cm de long, 25 de large et 25 de haut.

 

La peinture

 

Les différentes parties collées et la maquette admirée sous moult angles différents nous pouvons passer à la peinture, autrement dit, à la colorisation aléatoire et subjective de la bête.

 

Car comme chacun ne le sais pas, on ne connaît pas la couleur des dinosaures, on ne sait d’ailleurs pas toujours si leur peau était recouverte d’écailles, de rien, de plumes, de callosités ou de nodules. Tout juste on peut penser que la collerette osseuse du tricératops était vivement colorée pour attirer les femelles. Ou peut-être avaient-ils des taches en forme d’yeux à l’instar de certaines chenilles pour effrayer les prédateurs (oui un dinosaure c’est bête).

 

Dans le doute, je décide de peindre le dinosaure de façon consensuelle, dans les tons froids. Alors au début je voulais reproduire la robe du faon. Non pas que je suis fan de Bambi mais j’aime cette robe sobre et originale pour un dinosaure. Au fur et à mesure je me rends malheureusement compte que cela sera trop difficile pour moi, bref voilà comment j’ai procédé.

 

Première étape : la sous-couche. Je répartis donc, en hommage à la Suisse, une couche de peinture grise, et donc neutre, sur toute la surface de la maquette, sans oublier l’intérieur de la gueule. J’utilise une peinture acrylique qui sèche bien merci, et surtout qui adhère au plastique sous-jacent.

tricratopsprofil2.jpg

Deuxième étape : une belle couche de peinture marron sur l’ensemble de la maquette. Cette couleur me servira de base.

tricratopsprofilmarron.jpg

Troisième étape : du marron plus foncé en haut et dans les creux de la collerette, une couleur « chair bronzée » sous l’animal et sur les pattes.

triceratopsetapeinterm2.jpg

Quatrième étape : brossage à sec avec du blanc sur toute la partie inférieure de l’animal, reste au creux des rides et autres plis de la peau la couleur chair bronzée. J’applique avant sur cette même surface une encre acrylique qui va pénétrer dans ces plis pour donner un beau contraste et souligner le relief de la peau du dinosaure.

 

triceratopsetapeinterm1.jpg

Cinquième étape : finitions : Ongles, cornes, yeux et gueule.

camouflagedurift.jpg

Je peins les creux des cornes avec du noir dilué : la couleur pénètre ainsi au cœur des plis sans marquer les reliefs. Je les éclaircie plus ou moins avec un brossage à sec avec du blanc pur. Enfin je souligne ces creux avec un coup de pinceau d’encre aquarelle ocre.

 

Pour les yeux : 3 couches de blancs (il faut bien ça pour masquer la couleur sombre en dessous). Un gros point noir pour la pupille avec un petit point blanc en dedans, cela pour donner de la profondeur au regard. Une astuce pour marquer ces points qui nécessitent de la précision : trempez le bout de votre pinceau (côté où il n’y a pas de poils) dans la peinture et appliquez le délicatement là où vous voulez un beau point bien rond.

triceratopsoeil.jpg pattetricratops.jpg

La gueule est peinte avec précaution et du rouge sang, sur lequel j’applique un lavis noir : l’hygiène dentaire des dinosaures n’étant pas parfaite. Un éclaircissement orangé sur les arrêtes est de bon aloi, même si l’intérieur de la gueule est difficile d’accès.

 

Enfin, pour terminer cette maquette je passe un vernis mat sur toute sa surface, exceptés les yeux et l’intérieur de la gueule qui reçoivent une couche de vernis brillant.

 

La maquette est finie, il ne me reste plus qu’à lui confectionner un socle digne de ce nom et à la montrer à tous les passants qui auront le malheur de croiser mon regard d’apprenti modéliste.

 

Je rappelle les dimensions de la bête : 72 cm de long, 25 de large et 25 de haut.

 

 

 

Place aux photos et à vos commentaires bienvenus !

triceratopstete.jpg triceratopsprofilgauche.jpg triceratopsdessus.jpg triceratopspattearrier.jpg triceratops.jpg



Tricératops Horizon Original par Chris Darga – ça avance !
8 décembre, 2007, 17:50
Classé dans : Maquette et kits résine

Depuis octobre que cette maquette attendait d’être assemblée : dur dur de coller des parties aussi énormes que l’avant et l’arrière train de ce tricératops.

 

Maintenant, c’est fait. Et je suis fier de vous montrer l’avancée des travaux : le dinosaure est monté, encore un peu de résine pour boucher les « rifts » et je peux passer à la peinture et donner toute sa noblesse à cette pièce magistrale.

 

 

 

Après le poids des mots le choc des photos :

triceratopshorizondroit.jpg triceratopshorizongauche.jpg

 

riftstriceratopshorizon.jpg rifts2triceratopshorizon.jpg

A bientôt pour un article complet détaillant la manoeuvre !

triceratopshorizon.jpg

« miaou ! » (suggestion de présentation)

 



Dilophosaure (Spitter) Horizon Original série Jurassic Park
26 août, 2007, 18:45
Classé dans : Maquette et kits résine

figurinehorizondilophosaurespitter01.jpg figurinehorizondilophosaurespitter02.jpg

Il s’agit de la reproduction au 1/6ème du célèbre dinosaure cracheur vu dans le film Jurassic Park. Les reproductions de la série Jurassic Park de la marque Horizon sont d’ailleurs les répliques exactes des moules originaux ayant servis pour les films de Spielberg et originellement crées dans les studios de Stan Winston. Horizon Original produisit dans les années 90 et dans la même collection le brachiosaure, le Tyrannosaure et le vélociraptor.

figurinehorizonbrachiosaure01.jpg figurinehorizontrex01.jpg figurinehorizonvelociraptor01.jpg

Notre maquette comporte 23 pièces différentes qu’il faut d’abord débarrasser de l’excédent de plastique résultant du moulage. Le plastique se découpe très bien quand il est chauffé, un bon cutter et un chauffage seront donc ici nécessaires.

prparation.jpg

 

La maquette a subi les changements de température lors de sa période de stockage et certaines parties sont déformées : elles ne correspondent plus entre elles, notamment la grosse partie constituant le corps du dinosaure qui était tout écrasée. Ainsi il faut chauffer ces parties pour les rendre malléables. Je déforme donc les pièces pour les faire correspondre et les plonge dans un bain d’eau froide ce qui fige le plastique avec la bonne forme. Lorsque je suis satisfait du résultat il est temps de passer au collage.

Avec une colle spéciale plastique je commence par fixer les plus petites pièces comme les phalanges+griffes, les chevilles, les mains etc. Le dinosaure étant nu il n’y aura que différentes teintes de peau à peindre, je peux donc assembler les pièces sans les avoir déjà peintes.

Exception faite de la bouche (le crâne est fait de 4 parties) qui n’est plus accessible au pinceau après collage, il faudra donc peindre la langue, la gorge ainsi que le palais et les dents avant d’assembler la tête au cou.

Mais avant de passer à la peinture il y a plus important à penser : il reste des espaces vides entre les pièces qu’il faut combler. La résine époxy vient à la rescousse et je prépare de longs et fins boudins de patte. Un doigt sec pour les saisir, un doigt humidifié pour les appliquer le long des « rifts », je les façonne du bout du doigt ou avec des outils de sculptage humidifiés eux aussi (la résine agrippe tout ce qui est sec). /!\ Attention la résine est toxique et durcit définitivement 4 heures après le mélange de ses 2 composants. Il faut donc la travailler avec précaution dans l’intervalle : se laver les mains, laver ses outils et utiliser un masque pour ne pas inhaler les particules s’il y a ponçage.

largeurnonpeint.jpg

La peau du brachiosaure était presque uniquement parcourue de rides alors qu’ici le dinosaure est complètement grêlée et arbore moultes pustules et même des petits ergots le long du dos. Pour recréer cette texture particulière sur le mastic j’utilise un critérium dont j’ai retiré la mine et j’applique la pointe (humidifiée) à intervalles irréguliers. Je recréé ainsi les sortes de pustules. Avec un cutter ou tout autre outil de sculptage je réalise les rides et les plis qui étaient interrompus par la résine époxy lissée. Enfin sur le dos je plaque de minuscules boulettes de résine pour simuler les ergots.

 

collageresin.jpg collageresin2.jpg

Sur la fin du cou, le plastique est lisse et c’est ici que viendront se placer les 2 parties qui composent la collerette du dilophosaure. L’imposante collerette sera peinte séparément et collée en dernier car la maquette deviendrait difficile à manipuler dès qu’elle est en place. J’applique donc une gomme de réserve (ou drawing gum) sur les parties qui seront en contact, histoire de pouvoir peindre la sous couche d’abord et la peau ensuite sans avoir à trop faire attention aux débordements de peinture sur cette partie.

Maintenant, il est temps de passer à la peinture.

Première étape : sous coucher la maquette. Pour cela j’utilise du gris que je répartis généreusement sur toute la maquette, la peinture acrylique couvre bien le plastique et une seule couche sera nécessaire.

Deuxième étape je peins le dessus de la bestiole en vert et le dessous (le ventre, les parties basses du cou et de la queue comprises) couleur peau bronzée. A partir de là je vais utiliser mes encres aquarelles, une brune, l’autre bleue, et passer autant de couche que nécessaire pour avoir une teinte profonde. J’utilise ces encres car elles pénètrent facilement au creux des rides et des plis de la peau. L’inconvénient c’est que le temps de séchage est important et qu’elles réagissent à l’eau. Il faudra donc au final passer une couche de vernis mat sur toute la surface du dinosaure histoire de ne pas avoir les mains sales après avoir manipulé la bête.

finifesses.jpg

Comme sur l’illustration de la boîte je peins une sorte de traînée jaune le long du dinosaure, au dessus de laquelle la peau du dilophosaure sera plus foncée. La partie supérieure reçoit encore deux couches de lavis bleu et j’obtiens une jolie teinte verte foncée.

finiprofilpatte.jpg

La collerette est peinte couleur peau bronzée, brossée de jaune et blanc, je rajoute aussi quelques tâches de rouge. Même chose pour les deux membranes de peau sur la gueule de l’animal. C’est à ce moment que je choisis de fixer la collerette au cou, j’utilise de la super glue ici car les parties en contact sont réduites et surtout parce que la colle spéciale plastique n’a pas tenu le coup lors du premier essai raté. Pour combler les trous j’utilise ma précieuse alliée : la résine époxy.

Pour terminer je peins les yeux en jaune avec un trait noir pour figurer les pupilles et un point de blanc dans un coin pour donner de la profondeur au regard. Enfin je peins les griffes acérées du dinosaure en noir. La peinture du dinosaure est terminée, je passe un vernis mat sur toute sa surface et un vernis brillant pour l’intérieur de la bouche histoire de figurer la salive.

Voilà c’est fini, place aux photos !

finiderrieretete1.jpg finiprofiltte.jpg finiprofiltotal1.jpg

 

faceproche.jpg faceensemble.jpg



Arrivage du Tricératops – Horizon Original série Jurassic Park
4 août, 2007, 15:11
Classé dans : Maquette et kits résine

logohorizontricratops.jpg

Alors que le dilophosaure est presque fini voici venir son petit frère : le tricératops.

Produit par la même marque, Horizon Original, mais dans une autre série, ce joli herbivore vient compléter ma jeune collection. En effet, ce kit n’est pas issu de la série des Jurassic Park mais de celle sobrement intitulée « Dinosaur series ».

On peut trouver dans cette même série des dinosaures tels que l’apatosaure, le stégosaure (qui arrive bientôt chez moi), l’élasmosaure ou encore le T-Rex qui est étonnament raté. A la fin des années 90, la série « Dinosaur » renaît de ses cendres avec des maquettes signées Christopher Darga, ces nouveaux dinosaures sont magnifiques, ils appraissent en petit sur le côté droit de l’illustration de la boîte.

Voilà justement cette illustration en attendant un article complet sur la confection du kit.

illustrationboite.jpg


1...1415161718...20

Videooo |
Les Carnets de Diogene |
kungfu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | UNICOM 122.800
| brendalablog
| tranches de vie