Quiconque est incapable de vivre dans la société des hommes ou n’en éprouve nullement le besoin est une bête ou un dieu.

Prescription à l’usage des honnêtes gens désirant ne pas le rester
22 mai, 2007, 4:47
Classé dans : Lecture

Un ancien employeur très pédagogue me soufflait un jour qu’il y avait statistiquement 2% de la population française qui était malhonnête. Ca laisse 98% de personnes qui n’osent passer à l’acte et franchir cette barrière confuse entre l’honnêteté et la vilenie.

Faute de quoi ? D’audace, d’ambition ? Non, le fait est que 98% des gens ne sont pas informés sur les mille et une façons de profiter de son prochain, de le manipuler pour lui faire retourner sa veste en sa faveur et, le cas échéant, l’immobiliser en 2 coups secs pour la lui arracher. 

                  parishiltonsuntzu.jpg

Il existe des remèdes, car des précurseurs ont laissé derrière eux des trésors d’ingéniosité pour parer à l’imprévu en la matière. Maîtres de guerre, courtisan, politicien et philosophe arrivent à la rescousse des honnêtes gens en mal de mal.

supermenteur.jpg

Oh certes la prescription n’est pas des plus chauvines, car après tout les français sont trop vertueux pour avoir su diagnostiquer la roublardise, ils se sont contentés de l’appliquer dans les cours royales ou lors de trocs de vases à la grande braderie de Soissons et encore, c’étaient des actes singuliers digne de l’amateurisme qui caractérise les civilisations humanistes.

Le siècle des lumières aura un temps éclipsé ceux de la subversion et de l’immoralité. C’est pour cela qu’il faut lever ce tabou, ce dernier rempart à la liberté inhérente à l’espèce humaine : celle de faire moultes conneries invraisemblables sans discontinuité, avec incohérence, mais surtout avec un peu de ce je ne sais quoi qui touche parfois au génie, parfois au plus délicieux des crétinismes.

                        nuke.jpg

 

C’est pour cela que notre sélection est internationale et s’étale sur 2000 ans. On commence tout de suite par : 

Sun Tzu L’Art de la Guerre

suntzu.jpg  artguerresuntzu.jpg

Mesdames et messieurs, la quintessence de la sagesse sur la conduite de la guerre. 500 ans avant Jésus Christ ce maître de guerre avait déjà tout compris. Défense, manœuvre, attaque autant qu’intendance, organisation ou psychologie : ce traité sur l’art de la guerre est dense et d’une exceptionnelle modernité. Le clou du spectacle, le gros lot, c’est de gagner la guerre sans avoir eu à sortir l’épée du fourreau grâce à un faisceau de manigances (espionnage, alliance, pots de vin, démoralisation etc). Un ouvrage de référence contenant les bases de tout raisonnement stratégique. 

 

Nicholas de Machiavel Le Prince

machiavel.jpg 

L’Italie de Nicholas est un pays décomposé, gangrené par des guerres permanentes. Les condottieres dégainent plus vite que leur ombre et il est temps pour les Médicis de s’affirmer et trancher dans le vif. Nicholas, avenant, veut aider et se décide à écrire un concentré de vilenie, un substrat de crapulerie à l’intention des descendants des Médicis. L’objet de ce traité est d’exposer l’art et la manière de gouverner en jouant habilement des sentiments populaires au moyen d’une politique dénuée de scrupules, faite de calculs rusés, démagogiques et souvent perfides. Un livre qui aurait pu être sous-titré : “Charles Pasqua, ma vie, ma bataille“.

 

Baltasar Gracian L’Homme de Cour ou L’art de la Prudence

gracian.jpg 

Palace, ton univers impitoyable. Dur dur d’être un jésuite dans l’Espagne tatillonne du 17ème siècle. 300 maximes vous guideront pas à pas pour faire bonne figure dans la bonne société, ou plutôt, pour faire faire à la bonne société les basses besognes qui vous ennuient. Traité soigné et précis des mécanismes de domination de l’homme sur l’homme, c’est le livre de chevet de bon nombres de mécréants (incluant les hommes politiques). 

 

Arthur Schopenhauer L’art d’avoir toujours raison

portraitschopenhauer.jpg 

Avoir tort vous fatigue et vous discrédite auprès de vos interlocuteurs. Ce n’est pas une situation facile, il faut réagir et les persuader qu’ils se trompent honteusement. Ici vous apprendrez de manière savante et rébarbative en 38 leçons comment user de votre mauvaise foi au mieux pour détourner les conversations, déformer concepts et  idées. Au pire si ça ne marche pas, vous pourrez toujours invoquer l’ultime ficelle qui est aussi la plus savoureuse : devenir grossier et violent.

 

Vous êtes maintenant prêts à appliquer avec ruse les préceptes de ces conseillers en communication des temps anciens pour votre plus grand bien (toute considération pour votre prochain est ici fortuite).

 rapetou.jpg



How i met your mother
19 mai, 2007, 10:02
Classé dans : Série

How i met your mother  dans Série castlimoig1

How I met your mother est une série américaine qui raconte l’histoire de Ted Mosby (Josh Radnor, au centre de l’image) et de comment il tomba amoureux, histoire racontée a ses enfants sous forme de flashbacks.

Tout a commencé quand le meilleur ami de Ted, Marshall (Jason Segel) demanda en mariage sa petite amie du lycée : Lily (Alyson Hannigan). A ce moment précis, Ted réalisa qu’il ferait mieux de se bouger les fesses si il voulait trouver l’âme soeur. Pour l’aider dans sa quête, son ami Barney (Neil Patrick Harris), dragueur invétéré, le pousse à rencontrer des femmes en le mettant dans des situations peu ordinaires.

Alors que Ted rencontre Robin (Cobie Smulders) il ressent le coup de foudre pour elle, mais le destin lui reserve des suprises.

Le blog de Barney

quelques vidéos en vo :

Best of Barney :

Image de prévisualisation YouTube

The slap bet :

Image de prévisualisation YouTube



How To : Civisme
17 mai, 2007, 13:21
Classé dans : Divers

Etre citoyen, c’est aussi faire circuler l’information :

4752.jpg



Oui FM et les Zebramix
9 mai, 2007, 17:59
Classé dans : Musik

logoouifmcopie.jpg 

Tout le monde n’a pas le bonheur de connaître Oui Fm, la radio rock, qui est diffusée sur les ondes uniquement en Ile de France.

L’affront est maintenant levé, foncez l’écouter en streaming et découvrez les podcasts du Zebramix qu’un bon ami à moi a eu la bonne idée de me faire écouter. Le Zebramix c’est l’émission présentée par DJ Zebra qui nous livre une playlist de haut vol dans laquelle rock (classiques et nouveautés), électro, rap et ovni s’entrechoquent méchamment.

Ecoute ça !



Issac Asimov – Le Cycle de la Fondation
9 mai, 2007, 15:27
Classé dans : Lecture

Isaac Asimov est la figure emblématique de la science-fiction. Né en 1920 et mort en 1992, il laisse derrière lui 2 cycles cultes : les Robots et Fondation.

asimovonthrone.png

Le cycle des Robots a déjà fait l’objet d’adaptations cinématographiques plus ou moins heureuses avec des films comme I-Robot ou L’Homme Bicentenaire. Loin des robots tueurs de Terminator, les robots d’Asimov sont soumis aux trois règles élémentaires de la robotique qui interdisent à tous de maltraiter l’homme. De la fiction à la réalité il n’y a qu’un pas et ces fameuses règles de la robotique sont aujourd’hui reprises par Toyota.

asimo.jpg  bicentennialman.jpg  irobot.jpg

Asimo, Robin Williams est l’Homme Bicentennaire et will Smith dans I.Robot

Au cours du cycle des Robots qui comprend 10 tomes, ces règles apparaîtront comme incomplètes et les intrigues d’Asimov, avec le génie qui les caractérise, en exploreront les rouages et les défauts au plus près de personnages emblématiques dans des intrigues policières à travers la galaxie. Le cycle des Robots est composé de telle manière, qu’il se termine en introduisant le cycle de la Fondation et c’est celui là même que je vais vous présenter dans cet article, alors accrochez vos ceintures : on part pour l’an 13 000 !

13ème millénaire, l’humanité a colonisé la galaxie et l’Empire Galactique est à son apogée. La capitale Trantor est une incroyable ville enfouie dans des cavernes d’acier dont la population ne s’aventure guère à la surface, une ville de 40 milliards d’âmes qui recouvre la planète entière.

trantor2.jpg  trantor.jpg

Au cœur de cette cité titanesque un scientifique, Hari Seldon, travail depuis des années à une science prédictive capable de théoriser le futur de l’homme. Cette science il l’appellera la psychohistoire et ses premiers résultats ne sont guère engageants : l’empire galactique est condamné à péricliter dans les 500 années à venir. S’en suivra une période de barbarie absolue, où science et culture auront disparu, une ère qui plongera l’humanité dans les ténèbres pendant 30 000 ans.

hariseldon.jpg

Hari Seldon est déjà vieux et à la limite, tout cela ne le concerne pas. Mais en tant qu’humaniste il ne peut se résoudre à abandonner l’humanité au chaos. Il travaillera donc à l’élaboration de 2 fondations, 2 îlots de savoir qu’il établira de part et d’autre de la galaxie. Leur rôle : consigner avant sa chute, toutes les connaissances de l’humanité et ainsi créer « l’ Encyclopedia Galactica ». Après la chute de l’empire, l’humanité trouverait dans cette encyclopédie un terreau pour recréer une civilisation et ainsi réduire la période de barbarie de 30 000 ans à seulement 1000 ans.

Point de départ scénaristique génial, Asimov nous engage dans une aventure formidable ou l’avenir de l’homme est sur le fil du rasoir à chaque instant. Une aventure faite d’imprévus et d’intentions cachées, rythmées par les apparitions holographiques du bienveillant Hari Seldon et les déboires des fondateurs à travers l’incroyable diversité de la galaxie et de ses planètes, car si la psychohistoire est efficace sur un grand nombre de personnes, elle ne sait prédire les micro événements, par exemple la naissance d’un être mutant.

miljyway.jpg

La voie lactée: terrain de jeu des fondateurs

Asimov a créé un monde vivant gigantesque, dont la chronique s’étend sur un millénaire. Géopolitique, diplomatie, avancées militaires et scientifiques : l’univers de la fondation est riche. Riche aussi de ses personnages charismatiques qui écriront leur avenir au milieu des troubles de l’empire décadent et des nouveaux rapports de force qui se sont créés. Leurs interactions et questionnements sont la clé de voûte dans ces romans, peu de place à la description ou à la narration. Non, ici Asimov  nous place au cœur du récit, des questions morales qui régissent un avenir crédible pour l’Homme, au cœur des inquiétudes de petits êtres perdus dans l’immensité de l’espace.

Il est impossible de présenter l’ensemble du cycle sans révéler tous ses retournements de situations qui font de la Fondation une œuvre extraordinaire. Reste à vous donc de les découvrir au cours des 7 romans dont voici la chronologie.

 LE CYCLE DE LA FONDATION

prludelafondation.jpg  laubedefondation.jpg

fondation.jpg  fondationetempire.jpg  secondefondation.jpg  fondationfoudroye.jpg  terreetfondation.jpg

-1)     Prélude à la Fondation

0)      L’Aube de Fondation 

1)      Fondation

2)      Fondation et Empire

3)      Seconde Fondation

4)      Fondation Foudroyée

5)      Terre et Fondation

/!\ Le prélude et l’aube ont été écrits après le dernier tome du cycle, ils introduisent le personnage d’Hari Seldon et de ses travaux sur la psychohistoire. Je vous conseille de commencer par Fondation plutôt que par ces préquelles.


1...1617181920

Videooo |
Les Carnets de Diogene |
kungfu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | UNICOM 122.800
| brendalablog
| tranches de vie